06 juillet 2008

Monteton

1 - Monteton, le bourg au bout d'un promontoire.

Aujourd'hui, le ciel est un moutonnement de nuages ; l'air est humide et immobile. La végétation resplendit de bonne santé. Pigeons, huppes et petits oiseaux s'enfuient devant la voiture : nous allons à Monteton.

Il y règne une animation joyeuse : de nombreux randonneurs s'apprêtent à partir.

Le bourg se dresse au bout d'un promontoire : l'église, quelques maisons à colombage, le château, la halle et la place.

monteton_043

L'église

monteton_013

Une maison à colombages

monteton_047

Le château

monteton_020

La halle

monteton_032

La place

Dans le bourg, Les maisons appartiennent à trois phases de construction : maisons à colombages des années 1500, petites maisons sans étage, avec des murs en tuf, plus récentes, et bâtisses parfois imposantes de la fin du 19e siècle.

Voici de belles maisons à colombages :

monteton_004

monteton_010

Puis, ces maisons sans étage et bâties en tuf :

monteton_001

monteton_045

Existe-t-il des restes architecturaux civils antérieurs aux années 1500 ? Peut-être cette fenêtre à meneau et les puits :

monteton_012

L'église est imposante, avec son clocher-mur et sa halle installée au pied du clocher-mur, autour du porche principal :

monteton_043

monteton_027

La petite halle de l'église

Le fronton du château rappelle celui du château de Duras, et, en bout de son promontoire, Monteton fait partie de la même typologie urbaine que Duras, en plus petit et en plus modeste, certes, mais avec tellement de charme !

ChateauSudEst_1_

Le château en 1974

2 - Détails architecturaux

L'église possède un porche latéral similaire au porche principal :

monteton_014

monteton_026

monteton_029

Près du choeur, une petite porte basse a été murée jadis :

monteton_019

Sur la place de l'église, se dresse un arbre :

monteton_032

J'aurais vu volontiers un ormeau mais il semble que ce soit un catalpa majestueux. Jadis, il y avait souvent un ormeau à proximité de nos églises. Avant la création des communes, en 1791, les habitants de la paroisse se réunissaient autour de l'ormeau, après la messe du dimanche, pour régler les affaires communes. Est-ce pour abriter leurs réunions que fut édifiée la halle qui entoure le porche ?

monteton_031

La charpente comprend de belles poutres et des troncs à peine équarris. En face du porche, la sablière porte un joli trait de Jupiter :

monteton_028

La charpente de la halle est une merveille. Il semble qu'elle ait été entièrement démontée, restaurée et remontée sur des pilastres qui préservent les quatre poteaux de l'humidité.

monteton_021

Les amateurs de casse-tête apprécieront la jonction des deux fermes :

monteton_022

Et l'assemblage des fermes sur les poteaux, quelle belle ouvrage !

monteton_041

Les maisons basses possèdent des particularités plus modestes. Elles sont édifiées en grande partie en tuf, qui désigne, dans notre région, une pierre constituée par un sable solidement aggloméré. On le trouvait tout près de Monteton, dans la vallée du Dropt. Pourquoi a-t-on utilisé le tuf et non des moellons en calcaire que l'on trouve partout dans la région ? Peut-être par raison d'économie.

Sur la façade de ces maisons, se voient encore des portes basses et parfois des fenêtres jadis murées :

monteton_002

monteton_003

monteton_007

monteton_025

Deux bâtiments nous font jouer aux devinettes. L'ancienne forge ?

monteton_009

Et l'ancienne boulangerie ? Qui nous donnera la réponse ?

monteton_023

Ces pierres qui dépassent des murs sont des aiguières, c'est-à-dire le déversoir d'un évier taillé dans un énorme bloc de calcaire ; l'évier se trouvait à l'intérieur de la maison, dans la pièce où l'on vivait, et qui comprenait la cheminée, la table et souvent, le lit des parents. La maison avait une seconde pièce, la chambre des enfants. La cheminée brûlait chaque jour de l'année ; on y faisait cuire les aliments et l'hiver, elle apportait un peu de chaleur.

monteton_005

monteton_046

Combien y avait-il de puits dans le bourg de Monteton ? Un habitant nous le dira. Nous en avons vu deux, très anciens. L'un se trouve en bout du promontoire, l'autre, sur la place du village.

monteton_011

Nous continuerons cette promenade dans Monteton en allant voir :

3 - L'exposition d'art moderne

Art moderne ou contemporain, je ne sais plus. Le titre de l'exposition est en anglais et vise les techniques utilisées et peut-être aussi le regard de l'artiste. Nous entrons. Sculptures, gouaches, huiles, gravures, photos, supports et matières variées...

Je regarde, je photographie, avec la permission des artistes présents. Très vite, je me rends compte que mes photos ne restituent pas la plénitude des oeuvres ; si elles vous donnaient l'envie d'aller à Monteton voir cette exposition, ce serait gagné !

monteton_033

Des assiettes, une photo gigantesque et superbe. Ma photo bousille le blanc des assiettes et ajoute une lueur lamentable de flash... Il faut voir l'original !

monteton_034

Curieux paysage qui me donne envie d'y flaner :

monteton_040

Superbe tête posée, presque figée, dans une ribambelle de traits et de taches qui attirent le regard et le promènent entre des formes et des nuances de gris. Je croyais que c'était un monotype, non, c'est une gravure tirée à 12 exemplaires.

Elle est posée sur le sol et, à un moment, je me retrouve à quatre pattes pour mieux l'admirer :

monteton_038

Je renonce à vous montrer quelques sculptures en bois et en acier et je le regrette : les photos que j'en ai faites ne valent rien et chacune de ces sculptures s'ouvre sur un monde dont on voudrait dépasser les besoins et les rythmes pour mieux profiter de la sérénité qu'il inspire.

Nous avions été reçu par l'un des artistes. S'il m'avait offert une oeuvre de mon choix, j'en aurais emporté trois, si pas plus !

4 - Le monument aux morts

monteton_015

monteton_016

monteton_017

Je n'ai rien trouvé sur les soldats Fabès, Luc, Laurent, Lacombe et Terrier. Ils sont probablement nés dans une autre commune que Monteton puis, sont venus s'y établir et probablement s'y marier, avant de partir pour le front où ils sont morts. Un Montetonais pourra trouver les informations qui nous manquent dans les registres d'état-civil de Monteton.

Voici quelques renseignements sur les autres, pour nous les rendre un peu plus proches.

P. Auguste. Il s’agit de Guillaume Auguste, né le 24 juillet 1893 à Lévignac, classe de 1912, 2ème classe au 2ème Régiment de Zouaves, n° matricule 11269/941, mort pour la France le 10 septembre 1914 à l’hôpital de Brest, genre de mort inconnu. Bataille de la Marne.

G. Bousquet. Il s’agit de Charles Pierre Bousquet, né le 26 février 1886 à Monteton, classe de 1906, soldat au 53e R. d’infanterie, matricule 20750/185, mort pour la France le 15 décembre 1914 à Bois Quarante, Belgique, tué à l’ennemi.

P. André. Il s’agit de Paul Léon André, né le 24 avril 1881 à Tourtres, classe de 1901, 2ème classe au 153ème Régiment d’Infanterie, matricule 013223/111, mort pour la France le 15 mai 1915 à Neuville St-Vaast (Pas-de-Calais), tué à l’ennemi. Bataille de l’Artois.

L. Delage. Il s'agit de Louis Delage, né le 8 novembre 1885 à Monteton, classe de 1905, soldat au 14ème Régiment d’Infanterie, matricule 2278/1112, mort pour la France le 10 juillet 1915 à Janduce, (?) Meuse. Bataille de l’Argonne.

P. Borderie. Il s'agit de Pierre Aurel Borderie, né le 27 juillet 1886 à Monteton, 2e classe au 146e d’infanterie, classe de 1906 au recrutement de Marmande, matricule 018862/215, mort pour la France le 16 avril 1917 à Vendresse, Aisne, tué à l’ennemi. Premier jour de l’offensive Nivelle sur le Chemin des Dames.

P. Jamet. Il s'agit de Pierre Jamet, né le 14 janvier 1880 à La Sauvetat du Dropt, classe de 1899, 2e classe au 412e Régiment d’Infanterie, matricule 9268/412, mort pour la France le 22 juillet 1918 à Vierzy, Aisne, tué à l’ennemi par balle. Deuxième bataille de la Marne.

Batailles de la Marne, de l'Artois et de l'Argonne, front belge, Chemin des Dames, où sont morts les jeunes soldats de Monteton, ce sont les grandes offensives de la Première Guerre Mondiale. Le plus jeune avait 21 ans et le plus âgé 38 ans. Ces noms gravés dans la pierre : autant de drames qui marquèrent des familles et eurent de graves répercussions sociales, financières et patrimoniales. Pour leurs proches, que de pentes a-t-il fallu remonter... Cela valait bien un bref arrêt devant le monument aux morts de Monteton. 

Nous terminons notre promenade en prenant un café à deux pas de la vieille halle. Nous nous étions régalés en découvrant Monteton.

Je veux photographier Michel. Il refuse : "Ce n'est pas la peine, me dit-il, il y a suffisamment de belles choses à voir à Monteton et, depuis ma montgolfière, dans les environs de Monteton"...

Il a raison.

vol_031

Pour faire un vol en montgolfière, contactez-moi :

Michel Chateau, Saint-Jean-de-Duras, 05 53 89 01 25

Si ce site vous a plu, faites-le connaître autour de vous.

Posté par pays de duras à 17:19 - Commentaires [5] - Permalien [#]


Commentaires sur Monteton

    superbe balade

    quel beau village, paisible.j' aime beaucoup votre façon de le présenter, j'apprecie l' hommage aux soldats de la Grande Guerre. vous m'avez donné envie de visiter Monteton. merci

    Posté par françoise, 08 juillet 2008 à 20:30 | | Répondre
  • à revisiter

    A revisiter d'en bas et à dominer dans les airs. C'est superbe, il faut faire preuve de curiosité et prendre le temps. Merci

    Posté par Mamythé, 16 juillet 2008 à 21:37 | | Répondre
  • ((((( Hello )))))

    Que de souvenirs ) ca me rend limite nostaligque ) Pour moi Monteton est synonyme de Rires et decouvertes ) Merci à vous pour ce sympathique partage )) Bonne Continuation +++

    Posté par Alice (trivago), 08 décembre 2008 à 15:38 | | Répondre
  • La petite porte basse de l'église

    Bonjour Michel,

    En cherchant des informations sur l'histoire de La Sauvetat, je suis tombée sur votre article concernant Monteton et la porte basse murée sur un des murs de l'église.
    Pour avoir fait le tour de La Sauvetat samedi dernier avec un historien - voir le site du village www.la-sauvetat-du-dropt.fr ou le blog de Lauzanac - nous avons appris que ces portes basses, toutes aujourd'hui murées, étaient un accès direct sur le cimetière qui était autrefois contre l'église.
    J'ai appris aussi que l'on ne dit pas maison à colombage - la colombe étant un élément de bois de l'ensemble - mais maison à pans de bois. Là, voir avec Christophe Conord pour une explication technique.
    Ce sera tout pour aujourd'hui. Il reste énormément de choses à apprendre sur les merveilles de nos villages. Et nous pouvons continuer à échanger nos trouvailles.
    A bientôt.

    Isabelle

    Posté par Isabelle, 25 août 2011 à 07:52 | | Répondre
  • Bonjour, je suis charpentier, et j'ai apprecié les photos de la charpente.
    superbe!
    thierry
    (ps : ouvrage est masculin, et on dit "quel bel ouvrage!")

    Posté par thierry, 17 octobre 2012 à 11:49 | | Répondre
Nouveau commentaire